« PLANÈTE VIVANTE » ÉPINGLE LA BELGIQUE

18/11/2010 09:27

Selon le dernier rapport du WWF, la Belgique affiche une gigantesque empreinte écologique : chaque habitant consomme 4,4 fois la biocapacité de la Terre.

Parmi les causes : nos modes de (sur)consommation qui induisent la production, la transformation et le commerce d’énormes quantités d’aliments, de fibres, de matériaux et d’énergie. Les rapports « Planète vivante » du WWF analysent annuellement l’évolution de l’impact des activités humaines de chaque Etat sur la biocapacité de la Terre.

La nouvelle édition classe la Belgique parmi les pays qui dévorent le plus de ressources naturelles pour répondre à leurs besoins. Nous occupons la quatrième place, juste derrière les Emirats Arabes Unis, le Qatar et le Danemark, et juste avant les Etats-Unis. En 2006 (année de référence de ce rapport), chaque Belge a consommé 5,7 hectares globaux (hag), si l’on se réfère aux précédentes méthodologies de calcul de l’empreinte écologique.

Or cette méthodologie s’affine d’année en année pour mieux rendre compte de l’interaction des écosystèmes et de la complexité des activités de production et de commerce à l’échelle internationale. La nouvelle méthodologie utilisée permet de mieux cerner notre réalité. En 2007, notre empreinte individuelle monte dès lors à quasi 8 hag, alors que la biocapacité de la terre est de seulement 1,8 hag. Autrement dit : si tous les habitants de la Terre vivaient comme nous, il faudrait 4,4 planètes pour subvenir à nos besoins.

En Belgique, l’empreinte écologique de consommation est surtout marquée par l’empreinte carbone (43 % en 2006). Celle-ci résulte de notre consommation d’énergie directe (électricité, carburants, combustibles), mais surtout indirecte (énergie grise). En d’autres termes, notre consommation de produits et services engendre une énorme consommation d’énergie pour la fabrication et le transport vers nos centres commerciaux. Autre marque conséquente : l’empreinte des terres cultivées et des pâturages (39 % en 2006) qui ne cesse de croître via principalement les importations nettes de produits agricoles. Les causes résultent d’une augmentation de notre consommation de produits oléagineux (agrocarburants, détergents, cosmétiques) et de viande. Soulignons qu’il faut 7 à 10 fois plus de surface agricole pour produire une calorie de viande que pour produire une calorie de céréale.

Par sa boulimie, le consommateur belge contribue à la perte en biodiversité de la planète. Notre empreinte se marque hors de nos frontières, dans les pays qui nous fournissent les ressources naturelles, les transforment en produit dont nous sommes les acheteurs/consommateurs. Sans attendre, changeons nos habitudes ! 

 

source : renouvelle octobre 2010

Contact

Bernard Christophe

Rue de stambruges 13
7332 Neufmaison

TVA BE0818.525.491

M +32 493 192 691

 

Pour nous contacter pour une prise de rendez-vous ou un devis, 

nous sommes par là !!

 

 

Nous acceptons