Cellules solaires made in Tirlemont

26/03/2010 09:59
A la minute - Photovoltech
[ Photo: Photovoltech ] Johan Nijs

Si vous installez des panneaux photovoltaïques, il y a fort à parier que vous possédiez un peu de savoir-faire tirlemontois sur votre toit. Car après le sucre, ce sont les cellules solaires de la commune de Tirlemont qui conquièrent l’Europe. Photovoltech est la seule entreprise à les produire en Belgique.

Livios a discuté avec son directeur général Johan Nijs, des primes, d’un réseau de distribution électrique intelligent, des panneaux solaires gris,...

Photovoltech, qui a été développé par l’institut de recherche louvaniste Imec, est établi depuis 2001 dans la ville du sucre. Ses principaux actionnaires sont aujourd’hui des géants tels que Total et GDF Suez. A l’heure actuelle, Photovoltech compte environ 200 travailleurs. “Fin 2010, ils devraient être 280 à 290, car en août de cette année, nous ouvrons une nouvelle ligne de production,” explique Johan Nijs, directeur général et co-fondateur de l’entreprise. L’entreprise produit des cellules solaires au silicium, qui sont ensuite transformées ailleurs par des fabricants de modules établis en Belgique et en Europe.

A la minute - Photovoltech
[ Photo: Photovoltech ]

Enorme potentiel

En 2009, les Belges ont investi massivement dans les panneaux solaires, stimulés notamment par les primes. Johan Nijs ne s’attend pas directement à un recul dû à la diminution de la valeur des certificats verts. "Il subsiste un potentiel énorme. De plus, la politique d’aide associé à la réduction des prix joue en notre faveur. En outre, grâce à l’accroissement d’échelle, les prix (et naturellement les primes aussi!) vont continuer à baisser et l’innovation permettra d’améliorer le rendement."

Bientôt plus besoin de primes

Pour Johan Nijs, la diminution des primes n’est pas un obstacle. Un jour, elles seront même inutiles. "A mesure que le coût diminue, certains pays ne devront à terme plus prévoir de primes. C’est ce qu’on appelle la parité nette. Un pays sera alors capable de produire de l’électricité à partir de sources d’énergie renouvelable au prix de revient de l’énergie fournie par le réseau."

"Selon l’EPIA, European Photovoltaic Industry Association, l’Italie pourrait être le premier pays à savoir le faire. Il y a beaucoup de soleil et l’électricité fournie par le réseau est chère. Si les coûts de production de panneaux continuent de baisser et que le prix de l’électricité d’augmenter dans les mêmes proportions que les dernières années, la Flandre pourra connaître le même phénomène, mais au mieux dans 5 ans.”

A la minute - Photovoltech
[ Photo: Photovoltech ]

Asie

Sur le marché européen, Photovoltech doit faire face à la concurrence des produits provenant surtout d’Asie. On estime que 70 % des panneaux solaires en Europe proviennent d’Asie. “Grâce à nos nouvelles techniques, nous nous maintenons sur le marché. Plusieurs facteurs expliquent ces prix bas des panneaux photovoltaïques asiatiques. Tout d’abord, en Europe, nous sommes plus catholiques que le pape. De plus, dans certaines régions d’Asie, les banques et autorités financent leurs entreprises. Et puis, il y a la faiblesse du cours de la monnaie par rapport à l’euro, la main-d’œuvre bon marché,...

Des panneaux qui ne sont pas totalement verts

Si le fonctionnement des panneaux solaires produit de l’énergie sans gaz à effet de serre, on ne peut pas en dire autant de la production de leurs composants. "La consommation énergétique destinée à la production dépend de l’électricité que l’on utilise sur toute la chaîne. Naturellement, il faut tenir compte d’un facteur de dilution d’au moins 10, parce qu’un panneau solaire produit pendant sa durée de vie au moins 10 x l’électricité que son cycle complet de fabrication a nécessité. Néanmoins, on constate une énorme différence avec la fabrication en Chine par exemple. Pas moins de 80 % de l’électricité proviennent de centrales à charbon, qui sont les plus polluantes en termes d’émissions de CO2. Tandis qu’en Europe, l’électricité est produite en grande partie à partir d’énergie nucléaire et même de sources d’énergie renouvelable. De plus, ces panneaux fabriqués en Asie doivent être transportés par avion pour être commercialisés en Europe… En termes de pollution, cela compte.”

A la minute - Photovoltech
[ Photo: Photovoltech ]

Imposition de garantie

Nijs estime aussi que ce n’est pas le seul inconvénient des composants provenant de certaines régions d’Asie. "Parlons de l’imposition de garantie. Qu’allez-vous faire si certains éléments de vos panneaux sont défectueux ou cassés ? Vous vous adressez à votre fournisseur (belge par exemple) qui va quant à lui se tourner vers le fabricant pour la garantie. Ensuite, reste à voir si le fabricant intervient. Autrement dit, vous ou votre fournisseur allez devoir vous adresser à la justice en Extrême Orient. Et bien, bonne chance ! Au niveau européen, la garantie est prévue juridiquement."

Nouveautés

Johan Nijs a déjà souligné que l’innovation constitue une priorité pour résister à la concurrence. "Plusieurs projets et techniques sont à l’étude pour développer des cellules pour le segment supérieur. Nous cherchons notamment à améliorer l’aspect de la cellule afin d’obtenir une couleur noire beaucoup plus uniforme et supprimer les conducteurs métalliques qui gâchent l’esthétique des panneaux. Nous voulons par ailleurs aussi améliorer le rendement des panneaux et produire des cellules encore plus fines grâce à une technique de pointe permettant d’utiliser moins de silicium."

Réseau électrique intelligent

Enfin, Johan Nijs est convaincu du rôle que les énergies renouvelables et l’énergie solaire continueront à jouer en particulier dans le système Smart Grid, soit un réseau de distribution électrique intelligent. "Le but est de répercuter sur le client final le coût de production instantané de l’électricité au travers d’une redevance de distribution. Si le réseau est alimenté en grande partie par l’énergie solaire, le prix de l’électricité va diminuer."

"A ce moment-là, les compteurs intelligents sont capables de le détecter et vont enclencher automatiquement des gros consommateurs d’énergie comme la machine à lessiver ou le lave-vaisselle. De cette manière, on évite les pics de consommation en pratiquant le management de la demande d’électricité. Ce système de management permet de ne pas stocker d’électricité, ce qui est extrêmement difficile. Dans les dix années à venir, le réseau d’électricité que nous connaissons actuellement en Europe devrait migrer vers un système Smart Grid, ouvrant ainsi de nouvelles opportunités pour les formes d’énergie renouvelable. L’électricité vectrice d’énergie va progressivement se généraliser. La voiture électrique en est un très bel exemple."

Contact

Bernard Christophe

Rue de stambruges 13
7332 Neufmaison

TVA BE0818.525.491

M +32 493 192 691

 

Pour nous contacter pour une prise de rendez-vous ou un devis, 

nous sommes par là !!

 

 

Nous acceptons