Pile à combustible : Remplacer le platine par une enzyme de synth èse

22/01/2010 09:34

Des chercheurs français ont mis au point une méthode de production et d’utilisation d’hydrogène en remplaçant le platine par
une enzyme de synthèse.

Les scientifiques du Laboratoire de chimie et de biologie des métaux (LCBM) de Grenoble et de l’Institut du rayonnement de la matière de Saclay (Iramis) se sont inspirés des hydrogénases, des enzymes naturelles présentes notamment dans des bactéries, qui utilisent ou produisent de l’hydrogène à partir de fer et de nickel, deux éléments abondants dans la nature.

L’hydrogène (H2) est l’un des éléments chimiques les plus abondants dans la nature. Mais pour en produire ou pour l’utiliser afin de produire de l’électricité, il faut un catalyseur, dont le meilleur est et reste encore le platine, un métal rare et très cher. Si la pile à combustible devait se développer à grande échelle, les réserves mondiales de ce minerai s’épuiseraient en 15 ans.

Pour fixer leurs catalyseurs synthétiques sur des électrodes sur une surface réduite, les chercheurs ont eu recours à des nanotubes de carbone qui permettent d’utiliser une grande surface d’électrodes tout en ayant une bonne connectivité des électrons.

Pour l’heure, le rendement du catalyseur de synthèse est de 50 à 100 fois moins bon que celui du métal précieux, mais le laboratoire a démontré qu’on pouvait se passer de platine. Il s’agit maintenant d’accroître la performance… Le remplacement du platine n’est donc pas pour tout de suite, mais si la démarche s’avère concluante, elle pourrait ouvrir une nouvelle perspective de rentabilité à la pile à combustible, selon l’étude publiée dans le magazine Science.

Contact

Bernard Christophe

Rue de stambruges 13
7332 Neufmaison

TVA BE0818.525.491

M +32 493 192 691

 

Pour nous contacter pour une prise de rendez-vous ou un devis, 

nous sommes par là !!

 

 

Nous acceptons