Quarante-huit pour cent des américains croient aujourd’hui que la gravité du réchauffement climatique est exagérée

15/03/2010 10:15

 

De plus en plus d’Américains, c’est-à-dire près de la moitié d'entre eux, pensent que les inquiétudes concernant le réchauffement climatique sont exagérées, et un nombre croissant d’individus remettent en question les avertissements des scientifiques concernant son impact environnemental extrême, d’après un nouveau sondage de l’Institut Gallup.

 

Ces nouveaux doutes interviennent alors même que le Président américain Barack Obama fait pression sur le Congrès pour que ce dernier produise une législation en réduisant de manière significative les émissions de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre du pays, accusés d’être à l’origine du réchauffement climatique.

 

L’enquête réalisée par Gallup a été publiée le même jour que celui de la publication par l’administration Obama d’un  rapport public-privé soulignant les menaces pesant sur les oiseaux dans la mesure où le changement climatique altère leur habitat et la chaîne alimentaire, conduisant ainsi de nombreuses espèces vers l’extinction.

Avec les élections du Congrès en novembre, de nombreux législateurs hésitent à adopter un projet de loi controversé sur l’environnement et l’énergie, surtout dans un contexte de méfiance des électeurs.

 

Dans le monde entier, les inquiétudes concernant le changement climatique sont retombées face aux inquiétudes économiques croissantes, d’après une étude réalisée par l’Université Nielson/oxford en décembre, qui montrait que les pays les plus préoccupés par le changement climatique étaient des pays d’Amérique Latine et d’Asie Pacifique tels que les Philippines, où les typhons constituent une grande menace.

 

Tandis que les inquiétudes des américains concernant le changement climatique diminuaient de manière significative dans le sondage de Nielson, elles n’atteignaient pas encore celles des pays de l’est de l’Europe tels que l’Estonie, qui se placent en dernière position dans le classement des pays sceptiques.

 

En réponse à la virulence croissante des attaques des sceptiques du changement climatique, l’Union of Concerned Scientists a publié jeudi une lettre qui aurait été signée par plus de 2000 scientifiques et économistes, dont certains prix Nobel, demandant au Sénat américain d’adopter un projet de loi sur le changement climatique.

 

« La force de la science du changement climatique nous contraint à avertir la nation du risque croissant des conséquences irréversibles liées à l’augmentation des températures, et du fait que l’ampleur et la gravité des impacts du réchauffement climatique continueront à s’accélérer » ont-ils écrit.

 

Le sondage réalisé par l’Institut Gallup, conduit du 4 au 7 mars, indique un changement du sentiment du public sur une question qui n’implique pas seulement l’environnement mais également la sécurité nationale et l’économie.

 

Quarante-huit pour cent des américains croient aujourd’hui que la gravité du réchauffement climatique est exagérée, par rapport à 41% l’an dernier et à 31% en 1997.

 

L’étude fait suite à des rapports indiquant que certains des détails scientifiques des résultats publiés dans les rapports internationaux sur le changement climatique étaient soit biaisés soit exagérés.

 

Les partisans d’un effort mondial pour éviter que les températures de la Terre augmentent de plus de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels sont d’accord pour dire que les scientifiques doivent être plus rigoureux dans leurs recherches ; mais que les preuves montrant que le réchauffement de la planète conduira à des inondations, des sécheresses, des réfugiés, et la propagation de maladies, sont irréfutables.

 

Les Etats-Unis ont promis, de manière non contraignante, de tenter de réduire de 17% ses émissions de dioxyde de carbone d’ici 2020, par rapport aux niveaux de 2005, principalement en passant à une énergie alternative, telle que l’énergie éolienne ou solaire.

 

Mais sans une législation votée au Congrès, cet objectif sera difficilement atteignable.

Contact

Bernard Christophe

Rue de stambruges 13
7332 Neufmaison

TVA BE0818.525.491

M +32 493 192 691

 

Pour nous contacter pour une prise de rendez-vous ou un devis, 

nous sommes par là !!

 

 

Nous acceptons