VERS 100 % D’ÉNERGIES RENOUVELABLES

25/04/2011 10:26

L’Europe est aujourd’hui capable d’abandonner progressivement les énergies fossiles et le nucléaire pour assurer une transition 100 % énergies renouvelables. 

Voici comment :

Le secteur européen des énergies renouvelables démontre aujourd’hui une dynamique et une croissance qui permettront d’assurer une transition vers 100 % d’énergies renouvelables en Europe d’ici 2050, en phase avec les politiques nationales de sortie du nucléaire. En Belgique, le secteur peut s’approcher de cet objectif mais ne pourra l’atteindre dans le seul cadre national. 

C’est pourquoi de nombreux acteurs nationaux s’impliquent désormais dans l’Alliance européenne 100 % énergies renouvelables . Le potentiel de développement à l’échelle du continent rend en effet possible cette transition en moins de 40 ans. L’énergie durable qui ne pourra pas être produite localement sera importée au sein de l’Europe. Pour ce faire, une volonté politique claire est indispensable. Les autorités publiques doivent prendre dès aujourd’hui des décisions stratégiques pour stimuler les investissements dans cette direction.

Parmi les enjeux essentiels : développer de nouvelles capacités de stockage de l’énergie (électricité et chaleur). Passer d’un système énergétique basé sur des énergies primaires de stock(fossiles et fissiles) à un système énergétique basé sur des énergies primaires deflux nécessite des capacités de stockage pour gérer le bon équilibre entre l’offreet la demande. Sans nouvelles capacités de stockage, il ne sera pas possible d’atteindreles objectifs européens fixés pour 2020 ni même pour 2050.

En électricité,les solutions existent et fonctionnent :pompage turbinage exploitant le reliefnaturel ou construit (sous-terrain, barrages en mer), air comprimé, volantsd’inertie, batteries, hydrogène, supraconducteurset supercondensateurs. Il est cependant nécessairede réduire fortement les besoinsen capacités de stockage en organisantun équilibre dynamique qui agit sur les consommations. En cas d’insuffisancede puissance de production, ce mode de stockage virtuel commande l’arrêtde certaines charges électriques. Ceci se fait déjà avec certains grands consommateurs centralisés. Les réseaux intelligents permettraient d’élargir ce serviceà davantage de consommateurs. 

L’APERe préconise la mise en oeuvre d’un plan d’action national en synergie totale avec les trois Régions. En voici les paramètres clés : 

• Un aménagement du territoire qui organise l’espace pour la productiond’énergie et qui induit moins de besoin de transport routier;

• Des réseaux électriques qui intègrent des technologies de l’informationpermettant une gestion intelligente (smart grid), des solutions de stockageréel (par exemple par pompage/ turbinage) et virtuel (gestion desconsommations). Par ailleurs, en Europe, les capacités d’interconnexionentre Etats membres doivent être fortement augmentées;

• Des infrastructures de stockage (électricité, chaleur) et des réseauxde chaleur; 

• Des critères de durabilité pour les importations (électricité verte, biomasse);

• Un cadre réglementaire moderne qui permet la mise en oeuvre d’un systèmeénergétique davantage décentralisé et qui favorise les circuits économiquescourts; 

• Une fiscalité qui oriente les investissements;

• L’Utilisation Rationnelle de l’Energie (URE) (technologie, infrastructure,matériaux, comportement) à la base de toute prise de décision.

Le plan d’action doit viser 3 objectifs :

• Rendre possible (fiscalité, réglementation, développement des infrastructures,formation et R&D); 

• Rendre viable (prix de l’énergie, mécanismes de soutien, investissementdans les infrastructures et R&D);

• Accompagner et faciliter (objectifs et indicateurs de suivi, information etexemples à suivre).

Ces actions s’appuieront en partie sur les finances publiques. Mais le véritable leviersera constitué par l’argent privé. Selon le dernier rapport de la Banque Nationale,l’épargne belge s’élève à 209 milliards d’euros. Le politique peut donc orientercette manne financière, en adoptant un cadre réglementaire et fiscal favorable.

Point de départ : une volonté politique commune et transversale entre les niveauxde pouvoir fédéral et régional. 

 

source : renouvelle avril 2011

Contact

Bernard Christophe

Rue de stambruges 13
7332 Neufmaison

TVA BE0818.525.491

M +32 493 192 691

 

Pour nous contacter pour une prise de rendez-vous ou un devis, 

nous sommes par là !!

 

 

Nous acceptons